Comment impliquer les parents dans l'école?

Les méthodes traditionnelles utilisées par les écoles pour établir un contact avec les parents ne fonctionnent pas toujours. De nouveaux flux migratoires, d’autres formes de cohabitation ou des valeurs et normes différentes au sein des familles posent de nouveaux défis aux écoles. Hans Vanmarsenille, directeur de l’école primaire De Buurt à Schaerbeek avec qui TADA travaille en étroite collaboration, partage ses idées et astuces

« Je préfère ne pas utiliser le terme ‘implication des parents’ », dit Hans. « Nous partons du principe que chaque parent est impliqué dans le parcours scolaire de ses enfants, même si cela est parfois invisible pour l’école. Dans notre école, nous préférons parler de « collaboration parents-école ». Nous aspirons à une coopération mutuelle entre les enseignants et les parents, car ensemble nous pouvons faire plus.

« L’essence de toute notre vision est que vous devez oublier votre propre état d’esprit, vous mettre à la place de parents vulnérables et être vraiment ouvert pour apprendre à connaître ces familles, le tout pour le bien des enfants. Le livre Warm, Welcome and Reciprocity (en néerlandais) est fortement recommandé pour les écoles et les organisations dans des situations similaires.»

Avec essais et erreurs

« Depuis dix ans, j’essaie par toutes sortes de moyens d’avoir un meilleur contact avec les parents de nos élèves. Mais quelle que soit votre motivation en tant que directeur d’école, si cent pour cent de vos élèves grandissent dans une famille vulnérable, vous avez besoin d’une aide extérieure.»

Réseau d’apprentissage

« Un tournant est survenu en 2017, lorsque notre école a été sélectionnée pour un projet du Fonds européen pour l’asile, la migration et l’intégration (AMIF) visant à améliorer la participation de la petite enfance. Avec six autres écoles flamandes, nous avons reçu des ressources financières et des conseils du VBJK (Renouvellement des équipements de base pour les jeunes enfants). C’est grâce à l’accompagnement professionnel, à la collaboration avec les autres écoles et à l’aide de coordinateurs externes que nous sommes vraiment parvenus à un changement positif.»

7 conseils

« Grâce au projet, nous avons appris 7 principes que nous appliquons aujourd’hui dans notre école :

  1. Un accueil chaleureux est un premier pas dans la confiance mutuelle. Chaque matin, un enseignant se tient aux portes de notre école et accueille tout le monde avec le sourire et une attitude amicale, peu importe les problèmes qu’il y a avec certaines familles.
  2. Une deuxième étape consiste à apprendre à connaître les parents de manière positive, pas seulement lorsqu’il y a des problèmes avec leur enfant. Nous organisons donc des séances de yoga parent-enfant ou invitons les parents à l’école pour regarder leur enfant faire du sport. Ces moments doivent être amusants et détendus.
  3. Troisièmement, nous essayons d’avoir des attentes réalistes envers les familles. Les attentes de base sont qu’un enfant apporte un panier-repas ou qu’un tout-petit ait des vêtements de rechange. De plus, nous avons des attentes positives: les parents doivent aider leur enfant à développer le langage à la maison et aussi enseigner à leur enfant d’âge préscolaire une certaine autonomie, comme l’apprentissage de la propreté.
  4. La quatrième étape est que nous nous efforçons d’établir une relation réciproque avec les parents. Les parents connaissent mieux leur enfant, mais doivent avoir le courage de signaler les problèmes à l’école. Ces contacts positifs sont si importants pour gagner leur confiance. Toujours vous remettre en question et admettre vos propres erreurs peut vous aider.

« Le changement est parfois lent à voir, mais je crois fermement aux effets positifs d’ici dix ans. »

  1. La cinquième étape estune communication efficace.. Des phrases courtes et claires sont utiles pour les parents disposant de peu de temps ainsi que pour les parents qui ne parlent pas bien le Néerlandais Cela signifie également communiquer via un canal qui est pratique. La Smartschool souvent utilisée est trop complexe pour nos parents. Nous communiquons via Whatsapp, Facebook et surtout verbalement.
  2. Vous ne pouvez pas avoir toutes sortes d’attentes envers les parents vulnérables sans les soutenir.. Par exemple, nous fournissons des conseils de devoirs à certains enfants si les parents ne sont pas en mesure de le proposer. Nous croyons fermement à l’égalité des chances.
  3. Enfin, nous investissons dans le réseautage entre les parents eux-mêmes.. Il y a beaucoup de solitude chez nos parents. Il est peu probable qu’une personne défavorisée approche un autre parent à la porte de l’école.

Parents et enfants à l'école

Bons résultats

« Le changement est parfois lent à voir, mais je crois fermement aux conséquences positives d’ici dix ans », déclare Hans. « Mais notre démarche porte déjà ses fruits. Par exemple, certains parents se portent spontanément volontaires pour la surveillance de la cour de récréation. Cela était inimaginable dans notre école, mais aujourd’hui, certains parents ont la confiance nécessaire pour le faire malgré les différences linguistiques ou culturelles. Je constate aussi que les enseignants ne se « cachent » plus lorsqu’ils voient arriver certains parents car ils ont appris à communiquer ouvertement et efficacement entre eux.»

Nos ateliers

Envie de passer à l’action? Nos ateliers s’adressent à toute personne exerçant une fonction de coaching ou d’encadrement – que vous soyez enseignant, entraîneur sportif ou chef d’équipe.

Share This